Évagre le Pontique ou le Moine.

Évagre le Pontique (Ibora (1), 346 - Cellia (2), 399) fut un grand maître spirituel de la vie contemplative. Il fut reçut "lecteur" par saint Basile de Césarée, diacre par saint Grégoire de Nysse puis archidiacre par saint Grégoire de Nazianze. Il suivit ce dernier à Constantinople, en 379, et y prêcha. Mais les intrigues égyptiennes empoisonnèrent le second concile de Constantinople, provoquant, en 381, le retrait et le départ de Grégoire, que chacun s'attendait à voir élire patriarche. Évagre, "pour le salut de son âme" nous dit-il, quitta Constantinople et, par Jérusalem, atteignit l'Égypte. Il devint alors le disciple de saint Macaire le Grand, dans le désert de Nitrie. Il y demeura jusqu'à sa mort, gagnant sa vie en recopiant des manuscrits.
Le second concile oecuménique de Constantinople, en 553, ratifia la condamnation d'Origène et des néo-origénistes, pour leur conception subordinatianiste de la Trinité et leur doctrine de la préexistence des âmes. Évagre fut du lot et, pour la plupart, ses oeuvres, dans l'original grec, ont été perdues. Toutefois, des traductions syriaques, armé-nien-nes et surtout latines, celles de Rufin et de Gennade par exemple, ont permis d'entreprendre, depuis 1920, une reconstitution de l'héritage d'Évagre. Celui-ci comporte :
- ho Antirrhétikos, la Réfutation ou Contre les discours, qui est un recueil de pensées ou de sentences à opposer aux tentations du démon; l'ouvrage comporte huit livres, un contre chacun des péchés capitaux;
-ho Monakhikhos, le Monastique, qui est un recueil de sentences en deux parties, le Pratikhos ou la Vie Pratique, c'est-à-dire l'ascèse expliquée au "commençant", et le Gnôstikhos ou la Vie dans la Connaissance, c'est-à-dire la voie contemplative, à l'intention du moine déjà avancé;
- ta Problèmata gnostikha, les Problèmes sur la Gnose 
(3), un recueil portant sur la contemplation, formés de six groupes de cent maximes constituant un enseignement dogmatique et ascétique très complet;
- he Eykhé, la Prière, longtemps attribuée à saint Nil d'Ancyre 
(4), formée de cent cinquante-trois maximes (5);
- hai okto kakoi dianoiai, Les huit mauvaises pensées -, elles aussi autrefois attribuées à saint Nil;
- des Commentaires, sur les Psaumes ou sous les Proverbes, dont nous n'avons plus que des fragments;
- enfin, de nombreuses Lettres dont soixante-sept exemples en syriaque.

Évagre utilise souvent un vocabulaire proche de celui d'Origène. Certes, c'était celui de son époque mais cela lui valut, aux VIème et VIIème siècles, une suspicion aussi injusti-fiée que celle qui frappa l'Alexandrin. Son oeuvre, ou plutôt les formes radicalisée et systématisée que lui donnèrent des disciples "tardifs et agités(6), Léonce de Byzance par exemple, fut condamnée par le second concile de Constantinople, en 553 (7). C'est à Évagre que l'on doit les plus grands thèmes de la spiritua-lité orthodoxe : la division de la vie spirituelle en "vie active" et "vie contempla-tive", le dépouillement de toute image, de toute forme ou de toute représentation dans la recherche de la contemplation, l'identification de la prière et de la théologie, qui est, pour lui connaissance, c'est-à-dire gnose, de la Sainte Trinité, le concept d'apathéïa -, celui de calme, de repos de l'âme purifiée par le renon-cement et l'agapè, qui préfigure l'hésykhia.
Il n'est donc pas étonnant que l'oeuvre d'Évagre, expurgée de quelques développements maladroits ou inutiles mais parfaitement orthodoxes 
(8), ait inspiré, en Occident, saint Jean Cassien de Marseille et, en Orient, tracé la voie de la tradition hésychaste.

On l'aura compris, l'oeuvre d'Évagre n'est pas un traité composé selon les règles de la rhétorique. C'est un ensemble de sentences, de maximes, d'aphorismes que l'on doit déguster, méditer, une à une, ne passant à la suivante que lorsqu'on a fait sienne, en en comprenant tout le sens, celle que l'on vient de lire. Certes, cette oeuvre était destinée à des moines... Mais moine, en grec, se dit monakhos et ce mot, en grec classique, est un adjectif qui signifie seul, unique, simple. Tout homme qui prie est seul, face à face avec Dieu qu'il implore, tout homme en prière est unique, s'il dirige exclusive-ment sa pensée vers Dieu, tout homme qui prie doit être simple, "simple en esprit" comme le veut le Sermon sur la Montagne, tout homme en prière est donc moine, au sens le plus fort du terme. Il peut l'être pour une minute, une heure, un jour, un an, une vie, peu importe : la prière, comme le dit Évagre, est "une conversation de l'intelligence avec Dieu", en se souvenant que, peut-être, nous entendons par "coeur" ce qu'il nommait "intelligence".

Ce sont les cent cinquante-trois maximes du traité sur la Prière qui sont ici réunies.
   

Citations de la Prière d'Évagre.-

1. Si l'on veut préparer le parfum de bonne odeur, on mettra ensemble également, conformément à la loi, l'encens diaphane, la cannelle, l'onyx et la myrrhe. C'est le quaternaire des vertus. Si elles sont entières et égales, l'intelligence(9) ne sera pas trahie.
2. L'âme purifiée par l'accomplissement des commandements rend inébranlable l'attitude de l'intelligence, et apte à recevoir l'état stable cherché.
3. La prière est une conversation de l'intelligence avec Dieu; quelle stabilité ne doit donc pas avoir l'intelligence pour se tendre, sans retour en arrière, vers son Seigneur et converser avec lui sans aucun intermédiaire ?
4. Si Moïse, quand il tenta d'approcher du buisson ardent, en fut empêché jusqu'à ce qu'il eût ôté de ses pieds les chaussures, comment toi, qui prétends voir Celui qui est au-dessus de toute pensée et de tout sentiment, ne te dégages-tu pas de toute pensée passionnée ?
5. Prie d'abord pour recevoir le don des larmes, afin d'amollir par le deuil la dureté inhérente à ton âme, et, en confessant contre toi ton iniquité au Seigneur, obtenir de Lui le pardon.
6. Use des larmes pour réussir en toutes tes demandes, car ton Seigneur est très content de toi quand tu pries dans les larmes.
7. Quand tu verses des fontaines de larmes dans ta prière, ne t'élève pas en toi-même, comme si tu étais au-dessus de la plupart de tes semblables : c'est simplement que ta prière a obtenu un secours pour que tu puisses avec ardeur confesser tes péchés et apaiser le Seigneur par tes larmes. Ne tourne donc pas en passion l'antidote des passions, si tu ne veux pas irriter davantage le donateur de la grâce.
8. Beaucoup de ceux qui pleurent sur leurs péchés, oubliant le but des larmes, ont été pris de folie et se sont fourvoyés.
9. Tiens-toi vaillamment et prie énergiquement; écarte les soucis et les cogitations qui surviennent, car ils te troublent et t'agitent pour énerver ta vigueur.
10. Quand les démons te voient plein d'ardeur pour la vraie prière, alors ils te suggèrent des idées de certains objets soi-disant nécessaires; et puis bientôt ils surexcitent le souvenir qui s'y rattache, en poussant l'intelligence à leur recherche; puis, comme elle ne les trouve pas, elle s'attriste fort et se chagrine. Alors, au temps de la prière, ils lui remémorent les objets de ses recherches et de ses souvenirs, afin que l'intelligence, entraînée à les considérer, perde la prière fructueuse.
11. Efforce-toi de rendre ton intelligence, au moment de la prière, sourde et muette, et tu pourras prier. .
12. S'il te survient quelque provocation ou contradiction et que tu sois irrité et sentes ta colère se porter à rendre la pareille ou à répliquer, souviens-toi de la prière et du jugement qui t'y attend, et aussitôt le mouvement désordonné s'apaisera en toi.
13. Tout ce que tu feras pour te venger d'un frère qui t'aura fait du tort, tout cela te deviendra une pierre d'achoppement au moment de la prière.
14. La prière est un rejeton de la douceur et de l'absence de colère.
15. La prière est un fruit de la joie et de l'action de grâces.
16. La prière est exclusion de la tristesse et du découragement.
17. Va, vends tout ce que tu as et donne aux pauvres, et puis prends la croix, renie-toi toi-même pour pouvoir prier sans distraction.
18. Si tu veux prier dignement, renie-toi à toute heure; et si tu endures toutes sortes de tracas, accepte cela sagement pour la prière.
19. Toute peine que tu auras endurée avec sagesse, tu en trouveras le fruit au moment de la prière.
20. Si tu désires prier comme il faut, ne contriste personne, sans quoi c'est en vain que tu cours.
21. Laisse ton offrande, est-il dit, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère, et étant ensuite revenu, tu prieras sans trouble. Car la rancune aveugle la raison de celui qui prie et enténèbre ses prières.
22. Ceux qui accumulent intérieurement des peines et des rancunes et qui s'imaginent prier ressemblent à des gens qui puisent de l'eau pour la verser dans un tonneau percé.
23. Si tu es un endurant, tu prieras toujours avec joie.
24. Tandis que tu prieras comme il faut, il se présentera à toi des choses telles que tu estimeras tout à fait juste l'usage de la colère. Or il n'est absolument pas de colère juste contre le prochain. Si tu cherches, tu trouveras qu'il est possible de bien arranger l'affaire même sans colère. Use donc de tous les moyens pour ne pas laisser éclater la colère.
25. Prends garde, sous prétexte de guérir un autre, de devenir toi-même incurable et de donner un coup fatal à ta prière.
26. Si tu t'abstiens de la colère, tu trouveras miséricorde; tu prouveras que tu es trop avisé pour t'en faire accroire, et tu seras du nombre de ceux qui prient.
27. Armé contre la colère, tu n'admettras jamais de convoitise; car c'est elle qui fournit matière à la colère, et celle-ci trouble l'oeil intellectuel, saccageant ainsi l'état de prière.
28. Ne prie pas seulement dans les attitudes extérieures, mais-porte ton intelligence au sentiment de la prière spirituelle, avec grande crainte.
29. Parfois, à peine seras-tu en prière, que tu prieras bien; parfois, au contraire, malgré de grands efforts, tu n'atteindras pas le but. C'est pour que tu cherches davantage et qu'après avoir obtenu le résultat, tu le possèdes à l'abri de tout ravisseur.
30. Quand un ange survient, à l'instant tous ceux qui nous tracassent s'éclipsent, et l'intelligence se trouve dans une grande détente où elle prie allègrement. Parfois, au contraire, la guerre habituelle nous presse; l'intelligence se débat sans pouvoir lever le regard. C'est qu'elle a été affectée par ]es passions diverses. Néanmoins, en cherchant davantage, elle trouvera; si elle frappe vigoureusement, on lui ouvrira.
31. Ne prie pas pour l'accomplissement de tes volontés; car elles ne concordent pas nécessairement avec la volonté de Dieu. Mais plutôt, suivant l'enseignement reçu, prie en disant : Que Ta volonté s'accomplisse en moi; et ainsi, en toutes choses, demande-Lui que Sa volonté se fasse, car Lui, Il veut le bien et l'utilité de ton âme, mais toi, tu ne cherches pas nécessairement cela.
32. Souvent, dans mes prières, j'ai demandé l'accomplissement de ce que j'estimais bon pour moi, et je m'obstinais dans ma requête, violentant sottement la volonté de Dieu, sans m'en remettre à Lui pour qu'Il ordonnât Lui-même ce qu'Il savait m'être utile; et pourtant, la chose reçue, grande fut ensuite ma déception de n'avoir pas demandé plutôt l'accomplissement de la volonté de Dieu, car alors la chose ne fut pas trouvée telle que je me l'étais figurée.
33. Qu'y a-t-il de bon, si ce n'est Dieu ? Par conséquent, abandonnons-Lui tout ce qui nous concerne et nous nous en trouverons bien. Car celui qui est bon, est nécessairement aussi pour-voyeur de dons excellents.
34. Ne t'afflige pas si tu ne reçois pas immédiatement de Dieu ce que tu demandes; c'est qu'Il veut te faire encore plus de bien par ta persévérance à demeurer avec Lui dans la prière. Quoi, en effet, de plus élevé que de converser avec Dieu et d'être abstrait dans son intimité ?
35. La prière sans distraction est la plus haute intellection de l'intelligence.
36. La prière est une ascension de l'intelligence vers Dieu.
37. Si tu aspires à prier, renonce à tout pour obtenir le tout.
38. Prie premièrement pour être purifié des passions, deuxièmement pour être délivré de l'ignorance et de l'oubli, troisièmement de toute tentation et déréliction.
39. Cherche uniquement, dans ta prière, la justice et le règne, c'est-à-dire la vertu et la gnose, et tout le reste te sera ajouté.
40. Il est juste de prier non seulement pour ta propre purification, mais encore pour toute ta race, afin d'imiter une conduite angélique.
41. Vois si tu es vraiment présent à Dieu dans ta prière, ou si tu es vaincu par la louange humai-ne et poussé par le désir de la capter, en exploitant le prétexte de la longueur de ta prière.
42. Que tu pries avec des frères ou seul, tâche de prier non par habitude, mais avec sentiment.
43. Le sentiment de la prière, c'est une gravité respectueuse accompagnée de componction et de douleur d'âme dans l'aveu des fautes, avec de secrets gémissements.
44. Si ton intelligence divague encore au temps de la prière, c'est qu'elle ne prie pas encore en moine, mais elle est encore du monde, occupée à décorer la tente extérieure.
45. En priant, veille fortement sur la mémoire, de façon que, au lieu de te suggérer ses souvenirs, elle te porte à la conscience de ton exercice, car l'intelligence a une terrible tendance à se laisser saccager par la mémoire au temps de la prière.
46. Quand tu pries, la mémoire te présente ou des images de choses anciennes, ou de nouveaux soucis, ou le visage de qui t'a fait de la peine.
47. Le démon est extrêmement jaloux de l'homme qui prie et il use de tous les artifices pour lui faire manquer son but. Aussi ne cesse-t-il de raviver par la mémoire la pensée des choses et de réveiller par la chair toutes les passions, afin d'entraver sa course si belle et son exode vers Dieu.
48. Lorsque, après tous ses agissements, le démon pervers n'a pu entraver la prière du juste, il se retire un peu, mais ensuite il prend sa revanche sur celui qui a prié; en effet, il l'enflamme de prière pour détruire l'état excellent réalisé en lui par la prière, ou bien il l'excite à quelque plaisir déraisonnable pour outrager l'intelligence.
49. Quand tu as prié comme il convient, attends-toi à ce qui ne convient pas; sois debout virilement pour garder le fruit de ta prière. C'est à cela que tu as été destiné dès le principe : travailler et garder. Après avoir travaillé, ne laisse donc pas sans garde ton labeur; sans quoi, il ne t'aura servi à rien de prier.
50. Toute la guerre engagée entre nous et les démons impurs n'a d'autre enjeu que la prière spirituelle. Car elle leur est hostile et odieuse; mais à nous, elle est salutaire et très agréable.
51. Que signifie pour les démons l'excitation en nous de la gourmandise, de la luxure, de la cupidité, de la colère, de la rancune et des autres passions ? C'est pour que notre intelligence, alourdie par elles, ne puisse pas prier comme il faut; car les passions de la partie irrationnelle, venant à dominer, ne lui permettent pas de se mouvoir rationnellement et de chercher à atteindre le Logos de Dieu.
52. Nous allons aux vertus en vue des raisons des êtres créés; et à celles-ci en vue du Logos' qui les a constituées; quant à lui, il a coutume d'apparaître dans l'état de prière.
53. L'état de prière est une habitude impassible qui, par un amour suprême, ravit sur les cimes intellectuelles l'intelligence éprise de sagesse.
54. Ce n'est pas seulement la colère et la convoitise que doit dominer quiconque aspire à prier vraiment; il faut encore qu'il se dégage de toute pensée passionnée.
55. Qui aime Dieu, converse toujours avec Lui comme avec un père, se dépouillant de toute pensée passionnée.
56. Ce n'est pas parce qu'on aura atteint l'impassibilité que pour autant l'on priera vraiment; car on peut en rester aux pensées simples et se distraire à les méditer, et être loin de Dieu.
57. Et même si l'intelligence ne s'attarde pas dans les pensées simples des choses, elle n'a pas par le fait même déjà atteint le lieu de la prière; car elle peut être dans la contemplation des objets et s'occuper à leurs raisons, lesquelles, encore qu'elles soient des expressions simples, néanmoins, en tant que considération d'objets, impriment une forme à l'intelligence et l'écartent loin de Dieu.
58. Même si l'intelligence s'élève au-dessus de la contemplation de la nature corporelle, elle n'a pas encore la vue parfaite du lieu de Dieu; car elle peut en être à la science des intelligibles et partager leur multiplicité.
59. Si tu veux prier, tu as besoin de Dieu qui donne la prière à celui qui prie. Invoque-Le donc en disant : Que Ton Nom soit sanctifié, que Ton Règne vienne, c'est-à-dire l'Esprit Saint et ton Fils unique, car c'est ce qu'Il a enseigné quand Il a dit d'adorer le Père en esprit et en vérité.
60. Celui qui prie en esprit et en vérité ne glorifie plus le Créateur à partir des créatures, mais c'est de Dieu même qu'il loue Dieu.
61. Si tu es théologien, tu prieras vraiment, et si tu pries vraiment, tu es théologien.
62. Lorsque ton intelligence, dans un ardent désir de Dieu, sort peu à peu pour ainsi dire de la chair, et qu'elle rejette toutes les pensées qui viennent des sens, de la mémoire ou du tempérament, se remplissant en même temps de respect et de joie, alors estime-toi proche des confins de la prière.
63. Le Saint Esprit, compatissant à notre faiblesse, nous visite même non encore purifiés; pourvu seulement qu'Il trouve notre intelligence priant avec sincérité, Il survient en elle et dissipe toute la phalange des raisonnements et des pensées qui l'assiège et la porte à l'amour de la prière spirituelle.
64. Tandis que les autres se servent des altérations du corps pour donner à l'intelligence des raisonnements ou des concepts ou des réflexions, Lui, le Seigneur, fait le contraire : Il survient directement à l'intelligence pour y mettre à Son gré la gnose; et par l'intelligence, Il apaise le déséquilibre du corps.
65. Quiconque aspire à la prière véritable et se met en colère ou garde de la rancune fait preuve de démence. II est semblable à un homme qui voudrait avoir la vue perçante et qui s'arracherait les yeux.
66. Si tu aspires à prier, ne fais rien de tout ce qui est incompatible avec la prière, afin que Dieu s'approche et fasse route avec toi.
67. Ne te figure pas la divinité en toi quand tu pries, ni ne laisse ton intelligence subir l'impression d'aucune forme; mais va de l'immatériel à l'immatériel, et tu comprendras. ,
68. Prends garde aux pièges des adversaires : il arrive, quand tu pries purement et sans trouble, que soudain une forme inconnue et étrangère se présente à toi, pour t'entraîner à la présomption d'y localiser Dieu et de faire prendre pour la divinité l'objet quantitatif ainsi soudainement apparu à tes yeux; or la Divinité est sans quantité ni figure.
69. Quand le démon jaloux ne peut mettre en mouvement la mémoire durant la prière, alors il fait violence à la constitution du corps pour provoquer dans l'intelligence quelque phantasme inconnu et par là, lui donner une forme; dès lors, celle-ci, habituée à en rester à des concepts, est facilement subjuguée; elle qui tendait à la gnose immatérielle et sans forme, se laisse tromper en prenant une fumée pour de la lumière.
70. Tiens-toi sur tes gardes, en préservant ton intelligence des concepts au moment de la prière, pour qu'elle soit ferme dans la tranquillité qui lui est propre; alors celui qui compatit aux ignorants viendra sur toi aussi, et tu recevras un don de prière très glorieux.
71. Tu ne saurais prier avec pureté si tu es embarrassé de choses matérielles et agité de soucis continuels; car la prière est suppression de pensées.
72. On ne saurait courir ligoté; ni l'intelligence ne saurait, assujettie aux passions, voir le lieu de la prière spirituelle; car elle est tiraillée çà et là par l'effet de la pensée passionnée et ne peut se tenir inflexible.
73. Une fois que l'intelligence est parvenue à la prière pure, dégagée des passions, les démons ne viennent plus à elle par la gauche, mais par la droite. Ils lui représentent une vision illusoire de Dieu en quelque figure agréable aux sens, de manière à lui faire croire qu'elle a obtenu parfaitement le but de la prière. Or cela, disait un admirable gnostique, est l'oeuvre de la passion de vaine gloire et d'un démon dont les touches font palpiter les veines du cerveau.
74. Je pense que le démon, touchant endroit susdit, tourne à son gré la lumière autour de l'intelligence, et qu'ainsi la passion de vaine gloire est entraînée dans un raisonnement qui façonne l'intelligence à localiser, étourdiment, la science divine et essentielle. Et comme alors elle n'est plus harcelée de passions charnelles et impures, mais qu'elle prie vraiment avec pureté, elle pense qu'aucune action ennemie ne s'exerce plus en elle. D'où elle est portée à croire divine l'apparition produite en elle par le démon moyennant ce redoutable stratagème qui consiste, comme nous avons dit, à provoquer par le cerveau des réactions dans la lumière qui s'y rattache, et à donner ainsi une forme à l'intelligence.
75. L'ange de Dieu, survenant, expulse d'un seul mot de notre intérieur toute l'action adverse et ramène la lumière de l'intelligence à une activité sans déviation.
76. Quand l'Apocalypse parle de l'ange qui prend de l'encens pour le mettre dans les prières des saints, je pense, qu'il s'agit de cette grâce opérée par l'ange. Il communique, en effet, la connaissance de la prière véritable, en sorte que l'intelligence demeure désormais sans fléchissement ni acédie ni découragement.
77. Les parfums des coupes sont dits être les prières des saints offertes par les vingt-quatre vieillards. Par la coupe, il- faut entendre l'amour de Dieu, c'est-à-dire la charité parfaite et spirituelle dans laquelle la prière est faite en esprit et en vérité.
78. S'il te semble que dans ta prière tu n'as plus besoin de larmes pour tes péchés, considère combien tu t'es éloigné de Dieu alors que tu devrais être en Lui sans cesse, et tu pleureras plus chaudement.
79. Assurément, si tu as conscience de tes limites, la componction te sera plus facile; tu t'appelleras misérable, comme Isaïe, parce que, impur et ayant des lèvres impures, au milieu d'un pareil peuple, je veux dire un peuple ennemi, tu oses te présenter au Seigneur des Puissances.
80. Si tu pries vraiment, tu trouveras un grand sentiment de plénitude; les anges t'escorteront, comme Daniel, et t'éclaireront sur les raisons des êtres.
81. Sache que les saints anges nous poussent à la prière et se tiennent alors à nos côtés, joyeux et priant pour nous. Si donc nous sommes négligents et accueillons des pensées étrangères, nous les irritons grandement de ce que, pendant qu'ils luttent si fort pour nous, nous ne voulons même pas supplier Dieu pour nous-mêmes; méprisant leurs services, nous abandonnons Dieu leur Seigneur pour aller au devant des démons impurs.
82. Prie comme il faut et sans trouble; psalmodie avec attention et harmonie, et tu seras comme le petit de l'aigle planant dans les hauteurs.
83. La psalmodie calme les passions et apaise l'intempérance du corps; la prière fait exercer à l'intelligence l'activité qui lui est propre.
84. La prière est l'activité qui sied à la dignité de l'intelligence, autrement dit l'emploi le meilleur et adéquat de celle-ci.
85. La psalmodie appartient à la sagesse multiforme; mais la prière est le prélude de la gnose immatérielle et uniforme.
86. La gnose est excellente, car elle collabore avec la prière en éveillant la puissance intellectuelle de l'intelligence à la contemplation de la gnose divine.
87. Si tu n'as pas encore reçu le charisme de la prière ou de la psalmodie, obstine-toi et tu recevras.
88. Il leur dit aussi une parabole pour montrer qu'ils doivent prier toujours et ne pas se lasser. Donc ne te lasse pas d'attendre, ne te décourage pas pour n'avoir pas reçu; tu recevras dans la suite. Et il conclut la parabole ainsi : "Encore que je ne craigne pas Dieu ni ne me préoccupe des hommes, du moins à cause des embarras que me cause cette femme, je lui rendrai justice. Ainsi Dieu fera justice à ceux qui crient vers lui jour et nuit, et promptement." Aie donc bon courage et persévère vaillamment dans la sainte prière.
89. Ne veuille pas que ce qui te concerne s'arrange selon tes idées, mais selon le bon plaisir de Dieu; alors tu seras sans trouble et plein de reconnaissance dans ta prière.
90. Même s'il te semble que tu es avec Dieu, prends garde au démon de la luxure, car il est fort trompeur et très envieux. Il prétend être plus prompt que le mouvement, la sobriété et la vigilance de ton intelligence, au point de l'entraîner loin de Dieu tandis qu'elle se tient près de Lui avec une crainte respectueuse.
91. Si tu t'appliques à la prière, prépare-toi aux assauts des démons et supporte vaillamment leurs coups; car ils se jetteront sur toi comme des fauves et mettront à mal tout ton corps.
92. Prépare-toi comme un lutteur expérimenté pour ne pas fléchir, même si tu vois tout à coup un fantôme; pour ne pas te laisser troubler, même à l'aspect d'une épée brandie contre toi ou d'un éclair te jaillissant au visage; pour ne pas laisser le moins du monde effondrer ton courage, même devant un spectre hideux et sanglant; mais tiens ferme et poursuis ta belle confession, et tu supporteras d'un coeur léger la vue de tes ennemis.
93. Qui supporte les tracas, obtiendra aussi les consolations; et qui est constant dans les désagréments, ne manquera pas les agréments.
94. Prends garde que les méchants démons ne te trompent par quelque vision; mais sois attentif, recours à la prière et invoque Dieu, pour que, si le concept vient de Lui, Il t'éclaire Lui-même; sinon, qu'Il se hâte de chasser de toi le séducteur. Aie confiance : les chiens n'y sauront tenir; si tu te livres à une supplication ardente, sans retard, invisiblement et sans se montrer, la puissance de Dieu les fustigera et les chassera bien loin.
95. Il est bon que tu n'ignores pas non plus la ruse suivante : à l'occasion, les démons se divisent, et si tu as l'air de chercher du secours [contre les uns], les autres entrent en scène sous des formes angéliques et pourchassent les premiers; cela pour que tu t'y méprennes en t'imaginant que ce sont vraiment de saints anges.
96. Efforce-toi d'acquérir beaucoup d'humilité et de courage, et les insultes des démons ne toucheront pas ton âme; nul fléau n'approchera de ta tente, parce qu'il donnera en ta faveur des ordres à ses anges pour qu'ils te gardent 1; et les anges chasseront invisiblement loin de toi toutes les entreprises hostiles.
97. Qui s'applique à la prière pure, entendra bruits et fracas, voix et insultes; mais il ne s'effondrera pas, ni ne perdra son sang froid, disant à Dieu: "Je ne craindrai aucun mal, parce que Tu es avec moi", et autres paroles semblables.
98. Au moment de telles tentations, use d'une prière brève et intense.
99. Si les démons menacent de t'apparaître soudainement dans les airs, de te terrasser et de saccager ton intelligence, ne t'en épouvante pas; ne fais même pas attention à ces menaces. Ils te font peur pour voir si, décidément, tu t'occupes d'eux, ou si tu es arrivé à les mépriser complètement.
100. Si c'est à Dieu, le Tout-Puissant, Créateur et Providence, que tu es présent dans ta prière, pourquoi apportes-tu à cette présence cette absurdité de passer à côté de Sa crainte souveraine pour aller avoir peur de moustiques et de cafards ? N'as-tu donc pas entendu celui qui dit: "Tu craindras le Seigneur ton Dieu", et encore : "Lui devant la puissance de qui tout est dans l'effroi et le tremblement" .
101. Comme le pain est nourriture pour le corps et la vertu pour l'âme, de même la prière spirituelle pour l'intelligence.
102. Prie non pas comme le pharisien, mais comme le publicain dans le lieu sacré de la prière, afin d'être, toi aussi, justifié par le Seigneur.
103. Fais tous tes efforts pour ne rien dire contre personne dans ta prière; ce serait démolir ce que tu veux édifier et rendre ta prière abominable.
104. Que le débiteur de mille talents te serve de leçon: si tu ne remets pas à ton débiteur, tu n'obtiendras pas la rémission, toi non plus, car il est écrit : "Il le livra aux bourreaux."
105. Ne tiens pas compte des besoins du corps quand tu es en prière, pour qu'une morsure de pou, de puce, de moustique ou de mouche ne t'enlève pas le meilleur profit de ta prière.
106. Il nous est revenu qu'à un saint homme en prière, le malin livra un combat si acharné que, à peine étendait-il les mains, l'ennemi se travestissait en lion, levait tout droit sur lui ses pattes de devant et enfonçait ses griffes dans les deux joues de l'athlète, sans lâcher prise qu'il n'eût baissé les bras. Mais lui ne les laissait jamais retomber qu'il n'eût achevé ses prières habituelles.
107. Tel fut aussi, nous le savons, Jean le Petit, ou, pour mieux dire, le très grand moine qui menait la vie solitaire dans une fosse : par l'effet de son intimité avec Dieu, il demeura inébranlable tandis que le démon, sous la forme d'un dragon enroulé autour de son corps, lui torturait les chairs et lui éructait au visage.
108. Tu as certainement lu aussi les vies des moines de Tabennèse, là où il est dit que, tandis que l'abbé Théodore faisait un discours aux frères, deux vipères vinrent sous ses pieds; mais lui, sans se troubler, fit de ses jambes comme une voûte pour les y loger jusqu'à ce qu'il eût terminé la conférence. Et alors, il les montra aux frères en leur racontant la chose.
109. Au sujet d'un autre frère spirituel encore, nous avons lu que, tandis qu'il priait, une vipère vint s'attaquer à son pied. Mais lui ne baissa pas les bras avant qu'il eût achevé sa prière accoutumée; et il ne subit aucun dommage pour avoir aimé Dieu plus que lui-même.
110. Tiens le regard fixe pendant la prière; renie la chair et l'âme, et vis selon l'intelligence.
111. Un autre saint menant la vie solitaire dans le désert et priant courageusement, fut assailli de démons qui, deux semaines durant, jouèrent avec lui comme avec un ballon et le bernèrent en le lançant en l'air et le recevant sur une natte. Mais ils ne réussirent pas un instant à faire descendre son intelligence de sa prière enflammée.
112. A un autre encore, plein d'amour pour Dieu et de zèle pour la prière, survinrent, tandis qu'il marchait dans le désert, deux anges qui le prirent au milieu et cheminèrent avec lui, mais il ne fit pas attention à eux pour ne pas perdre ce qu'il y a de meilleur. Car il se rappelait le mot de l'Apôtre : "Ni les anges, ni les principautés, ni les puissances ne pourront nous séparer de la charité du Christ."
113. Le moine devient l'égal des anges par la prière véritable.
114. Aspirant à voir la face du Père qui est aux cieux, ne cherche pour rien au monde à percevoir une forme ou une figure au moment de la prière.
115. Ne désire pas voir sensiblement des anges, ni des puissances, ni le Christ, pour ne pas perdre complètement le bon sens en accueillant le loup au lieu du berger et en adorant les démons ennemis.
116. L'origine des illusions de l'intelligence, c'est la vaine gloire; c'est elle qui pousse l'intelligence à essayer de circonscrire la divinité dans des figures et dans des formes.
117. Pour moi, je dirai une pensée à moi que j'ai déjà exprimée ailleurs : Heureuse l'intelligen-ce qui, durant la prière, est arrivée à une complète indétermination.
118. Heureuse l'intelligence qui, dans une prière sans distraction, acquiert toujours de nouveaux accroissements d'amour pour Dieu.
119. Heureuse l'intelligence qui, durant la prière, devient immatérielle et dénuée de tout.
120. Heureuse l'intelligence qui, durant la prière, arrive à une parfaite insensibilité.
121. Heureux le moine qui tient tous les hommes pour Dieu, après Dieu.
122. Heureux le moine qui regarde le salut et le progrès de tous comme le sien propre, en toute joie.
123. Heureux le moine qui se juge "le rebut de tous".
124. Moine est celui qui est séparé de tout et uni à tous.
125. Est moine celui qui s'estime un avec tous, par l'habitude de se voir lui même en chacun.
126. Celui-là mène la prière à sa perfection qui sans cesse fait fructifier pour Dieu toute son intellection première.
127. Évite tout mensonge et tout serment si tu veux prier en moine; sinon c'est en vain que tu affiches ce qui ne te convient pas.
128. Si tu veux prier "en esprit", n'aie d'aversion pour personne et tu n'auras pas de nuage pour t'obscurcir la vue durant la prière.
129. Remets à Dieu les nécessités du corps; ce sera montrer que tu lui remets aussi celles de l'esprit.
130. Si tu entres en possession des promesses, tu seras roi; tourne donc ton regard vers celles-ci, et tu porteras allègrement la pauvreté présente.
131. Ne récuse pas la pauvreté et l'affliction, aliments de la prière qui ne pèse pas.
132. Que les vertus corporelles te servent pour obtenir celles de l'âme; celles de l'âme pour les spirituelles; et celles-ci pour la gnose immatérielle et essentielle.
133. Quand tu pries contre une pensée et qu'elle cède facilement, examine d'où cela te vient, pour ne pas tomber dans une embuscade et te trahir toi-même par erreur.
134. Il arrive que les démons te suggèrent des pensées et, par ailleurs, te stimulent, comme de juste, à prier contre eux ou à leur répliquer; et puis, de leur propre mouvement, ils se retirent pour que, abusé, tu t'en fasses accroire en t'imaginant que tu as commencé de vaincre les pensées et de mettre en fuite les démons.
135. Si tu pries contre une passion ou contre un démon importun, souviens-toi de celui qui dit: "Je poursuivrai mes ennemis et je les atteindrai, et je ne m'arrêterai pas qu'ils ne s'avouent vaincus; je les écraserai et ils ne pourront tenir, ils tomberont sous mes pieds..." Voilà ce qu'il est à propos de dire pour t'armer d'humilité contre les adversaires.
136. Ne crois pas avoir acquis la vertu tant que tu n'as pas combattu pour elle jusqu'au sang; car il faut résister au péché jusqu'à la mort, selon le divin Apôtre, comme un lutteur sans reproche.
137. Quand tu auras été utile à quelqu'un, un autre te nuira, pour que le sentiment de l'injustice te fasse dire ou faire quelque' chose de regrettable contre le prochain, et qu'ainsi tu dissipes malheureusement ce que tu avais si heureusement rassemblé. Tel est de fait le but des méchants démons; aussi faut-il veiller soigneusement.
138. Reçois toujours les pénibles assauts des démons en recherchant comment échapper à leur servitude.
139. De nuit, les démons mauvais réclament le maître spirituel pour le troubler par eux mêmes; de jour, ils se servent des hommes pour l'entourer de vicissitudes, de calomnies et de périls.
140. Ne récuse pas les foulons, s'ils frappent en foulant aux pieds et s'ils tendent pour carder; du moins, par là, ton vêtement deviendra-t-il éclatant de blancheur.
141. Pour autant que tu n'auras pas renoncé aux passions, et que ton intelligence s'oppose à la vertu et à la vérité, tu ne trouveras pas dans ton sein le parfum de bonne odeur.
142. Tu aspires à la prière ? Émigre d'ici-bas et aie ton domicile au ciel en tout temps, non pas par la simple parole, mais par la pratique angélique et la gnose divine.
143. Si dans les afflictions seulement tu te souviens du Juge et combien Il est redoutable et incorruptible, tu n'as pas encore appris à servir le Seigneur dans la crainte et à te réjouir en Lui dans le tremblement. Car sache bien que même dans les délassements et les aises spirituelles, il faut d'autant plus Lui rendre un culte plein de piété et de révérence.
144. Bien avisé est l'homme qui, jusqu'à la parfaite pénitence, ne se départit pas du souvenir douloureux de ses propres péchés et de la sanction du feu éternel qui les châtie.
145. Celui qui, encore embarrassé de péchés, ou d'accès de colère, ose impudemment se porter à la connaissance de choses plus divines, ou même pénétrer dans la prière immatérielle, qu'il reçoive la réprimande de l'Apôtre et qu'il comprenne qu'il lui est périlleux de prier la tête nue et découverte, car, est-il dit, "une âme de cette sorte doit porter sur la tête le signe de la domination, à cause des anges présents", s'enveloppant de la pudeur et de l'humilité convenables.
146. De même qu'il ne sert de rien à qui est malade des yeux de fixer sans voile et avec insistance le soleil en plein midi, quand il est en son plus fort embrasement, de même ne servirait-il absolument de rien à l'intelligence passionnée et impure de contrefaire la redoutable et suréminente prière en esprit et en vérité; mais bien au contraire exciterait-elle contre elle-même l'indignation de la divinité.
147. Si celui qui venait porter une offrande à l'autel ne fut pas reçu par le maître incorruptible qui n'a besoin de rien, jusqu'à ce qu'il se fût réconcilié avec le prochain fâché contre lui 4, considère quelle sobriété, quelle vigilance et quel discernement il faut pour offrir d Dieu un encens agréable sur l'autel immatériel.
148. Ne sois ami ni du verbiage ni de la gloriole, sans quoi ce n'est plus ton dos mais ton front que labourent les pécheurs; tu leur serviras d'amusement au moment de la prière, ils t'appâteront et t'entraîneront en des pensées hétéroclites.
149. L'attention en quête de la prière trouvera la prière, car s'il est quelque chose qui suit la prière, c'est l'attention; il faut donc s'y appliquer.
150. Comme la vue est le meilleur de tous les sens, ainsi la prière est plus divine que toutes les vertus.
151. L'excellence de la prière ne consiste pas dans la simple quantité, mais dans la qualité; c'est ce que prouvent les deux hommes qui montèrent au temple 2, et la parole : " Vous, lorsque vous priez, ne radotez point".
152. Tant que tu fais encore attention aux convenances du corps, tant que ton intelligence tient compte des agréments extérieurs, tu n'as pas encore vu le lieu de la prière; tu es même loin de la bienheureuse voie qui y conduit.
153. Quand tu seras parvenu dans ta prière au-dessus de toute autre joie, c'est alors qu'en toute vérité, tu auras trouvé la prière.



(1) Une petite ville mal localisée du Pont, sur la côte nord de l'Anatolie.
(2) Un lieu-dit du désert de Nitrie, dans la dépression appelée aujourd'hui le wadi an-Natrun, au sud d'Alexandrie.
(3) Dans le vocabulaire des Pères, la Gnose est la connaissance intellectuelle qui permet l'expérience de Dieu et le "gnostique" est le moine qui a acquis la "connaissance de Dieu". Il ne faut pas confondre cette Gnose avec la "gnose" des gnostiques des IIème et IIIème siècles.
(4) Saint Nil d'Ancyre, dit aussi Nil l'Ascète, mourut vers 430 à Ancyre, en Galatie. Ami et disciple de saint Jean Chrysostome, il le soutint dans ses combats. Nil entreprit de réfuter l'Arianisme par des lettres adressées aux principaux chefs goths. Il y expliquait la double nature du Christ et y justifiait le qualificatif de Théotokos appliqué à Marie.
(5) Dans l'Évangile de Jean, le verset 21:11 nous apprend qu'après la "pêche miraculeuse", saint Pierre compta cent cinquante-trois poissons dans ses filets.
(6) Ces mots sont de l'archimandrite Placide Deseille, La spiritualité orthodoxe, Bayard, Paris (1997), p. 26.
(7) Un examen minutieux des Actes du Vème Concile montre qu'Évagre n'y est jamais nommé.
(8) La préexistence des âmes, par exemple.
(9) Intelligence traduit le grec "nous", qui est la faculté de penser et donc l'intelligence, l'esprit, la pensée mais aussi la sagacité, la sagesse, le projet, l'intention. Mais "nous" est aussi l'âme, le coeur, et, par suite, le sentiment, la manière de penser, la volonté ou le désir. Pour les Pères, "nous" désigne la double faculté qu'a la personne de penser le monde ou de contempler Dieu

 
source: http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Philocalie/table.html